BRASSERIE artisanale du dauphiné

Découvrez la brasserie

Depuis le bar-boutique de notre brasserie à Saint Martin d’Hères, découvrez la salle de brassage-fermentation et les magnifiques bières qui en sortent. Les bières Mandrin, les bières des Alpes et les bières Nobow sont toute conçues, brassées, embouteillées, servies et vendues là…

L’histoire de la bière du dauphiné

La Brasserie Du Dauphiné est une entreprise Grenobloise.

Fruit de ma passion pour la bonne bière, elle est également le résultat d’un rêve : faire revivre la tradition brassicole du Dauphiné et redonner à Grenoble sa bière, après cinquante ans d’absence. En effet, la brasserie Grenobloise de la Frise (où mes grands-parents ont été employés en 1940-41) a fermé en 1955.

Ce rêve est devenu réalité en 2002 avec la création de la Brasserie Du Dauphiné. 

C’est à Seyssins, commune du parc naturel régional du Vercors, situé à dix minutes de Grenoble, dans la cuisine et la cave de ma maison que j’ai élaboré les premières recettes des bières Mandrin. Je suis l’artisan brasseur de cette entreprise qui emploie six autres personnes et possède un outil de brassage très manuel. Mon objectif premier est de produire et promouvoir des bières d’exception, de qualité irréprochable, aux goûts hors du commun grâce à l’utilisation de méthodes traditionnelles et à la sélection des meilleures matières premières, dont des produits du terroir comme les noix du Dauphiné et, bien sûr, grâce à l’eau de la région Grenobloise !

C’est avant tout le plaisir qu’elles  procurent qui font le succès des bières Mandrin, des bières des Alpes et des bières Nobow.

La bière en quelques dates

6000 ans avant J-C.

La bière existe depuis 6000 ans avant J-C.
Elle apparait en Mésopotamie sous forme d’une boisson fermentée à base de grains et se propage à travers l’Egypte puis l’Europe.

Les Gaulois

Pour les Gaulois, la Cervoise est une véritable «potion magique», elle est fabriquée en famille, la plupart du temps par les femmes. Ce sont les Gaulois qui remplacèrent les récipients en poterie par des tonneaux en bois afin de mieux contrôler sa fermentation et son stockage.

Le Moyen-Âge

Au moyen-âge, les moines vont mener de multiples expérimentations. Au 12e siècleHildegarde de Bingen fait rentrer le houblon dans la recette, c’est ainsi que la bière acquière des caractéristiques aromatiques et une amertume proche de celles qu’on lui connait.

La Révolution Industrielle

A la fin du 19e siècle, les découvertes de Louis Pasteur sur les levures et la conservation des aliments par pasteurisation permettent une important évolution sur la stabilité des bières à une époque ou les règles d’hygiène sont encore mal controlées.

La Seconde Guerre mondiale

Après la Seconde Guerre Mondiale, le nombre de brasseries diminue, les petites brasseries familiales ayant disparu ou ayant été rachetées par les plus grandes.

Aujourd’hui

De nos jours, deux grandes tendances au niveau de la production brassicole : des fusions importantes entre grands groupes brassicoles au niveau mondial, alors qu’au niveau régional, c’est la renaissance de petites et moyennes brasseries qui développent des produits variés et de qualité liés au terroir, comme c’est le cas pour la Brasserie Du Dauphiné.

Un peu d’histoire autour de Mandrin

La bière Mandrin tient son nom de Louis Mandrin, une sorte de « Robin des bois » français du 18e siècle. Il était connu pour être un célèbre contrebandier natif de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs.

Dans le Dauphiné et en Savoie ce Robin des Bois à la Française a laissé une image de justicier et défenseur des pauvres gens. Il fut le premier, plus de 30 ans avant la Révolution Française, à oser se révolter contre la toute puissance des Fermiers Généraux, collecteurs de l’impôt. A la tête de plusieurs centaines d’hommes, Mandrin introduit clandestinement en France et vend publiquement tissus, épices, tabac. Il prenait un malin plaisir à ridiculiser le pouvoir. Il sera mis à mort à Valence en 1755 pour ses actes mais la légende du bandit justicier demeure à travers les siècles.

Les étapes de fabrication

Les bières Mandrin, des Alpes et Nobow sont des bières de fabrication traditionnelle composées d’ingrédients naturels.

1 – La préparation

Les principaux ingrédients pour la fabrication de la bière sont : le malt, le houblon et l’eau.

Le malt. Le malt, c’est la céréale que l’on fait germer et dont on stoppe la germination par touraillage. La torréfaction qui suit éventuellement donne sa couleur à la bière, plus le grain est grillé, plus la bière sera foncée. Le malt va fournir les sucres nécessaires à la formation d’alcool ainsi que le corps de la bière. La céréale la plus fréquemment utilisée pour faire le malt est l’orge. Les bières dites « blanches » sont en fait des bière de blé (froment).

Le houblon. Il apporte l’amertume et les arômes à la bière.

L’eau : c’est l’eau de la région Grenobloise. Elle est d’une pureté naturelle. Elle ne nécessite aucun chlorage ni ajustement de ses propriétés chimiques. Ces conditions sont idéales pour la réalisation d’une bière de qualité.

Les ingrédients du terroir Dauphinois tels la noix, le sapin, les plantes du massif de Chartreuse, le chanvre, le miel sont les éléments originaux qui vont donner aux Mandrin leur caractère.

2 – Le brassage

La première étape consiste concasser puis à mélanger le malt avec de l’eau chaude dans la cuve matière.

 Il faut brasser l’ensemble afin de mélanger les ingrédients de manière homogène. Cette opération reste effectuée à la main à l’aide d’un fourquet.

Par infusion (66-67°C), nous obtenons un jus appelé moût, résultant de la transformation en sucres de l’amidon présent dans les céréales.

3 – L’ébullition

Le moût subit ensuite un cycle d’ébullition qui permet de le stériliser et de séparer les protéines.
On introduit les houblons à différents moments de l’ébullition.
Le houblon sert à donner de l’amertume et des arômes à la bière.
Après ébullition, le moût est refroidi à environ 25°C grâce à l’échangeur à plaques.

4 – La fermentation et la garde froide

La fermentation transforme le sucre en alcool et dégage du gaz carbonique. Nous brassons des bières de fermentation haute (Ales), c’est-à-dire que les levures sont actives à une température proche de 25°C, par opposition aux bières de fermentation basse (Lagers) dont la fermentation se produit autour des 10°C.

La fermentation dure environ une semaine.

Après cette première semaine, tous les sucres fermentiscibles ont été transformés. La bière est alors refroidie autour de 0°C. C’est la garde froide. Cette garde apporte une clarification et une maturation : levures et tanins se déposent en fond de cuve et les goûts s’affinent.

 

5 – L’embouteillage

Les bières Mandrin, les bières des Alpes et les Nobow, sont mises en bouteille sur place. N’étant pas pasteurisées, elles conservent toutes leurs vitamines et nutriments.

A la Brasserie du Dauphiné, tout est fait sur place depuis le brassage jusqu’à la mise en bouteille, étiquetage et mise en cartons.  Environ 1 mois à 1 mois et demi s’écoule depuis le brassage jusqu’à ce que les bières puissent être dégustées.